Profitez des retours offerts et de la livraison gratuite en France, Belgique et Luxembourg dès 120€ d’achat.

Amazon et l’initiative Climate Pledge Friendly : du greenwashing dans toute sa splendeur
2021-05-02

Amazon et l’initiative Climate Pledge Friendly : du greenwashing dans toute sa splendeur

Amazon a annoncé vouloir élargir la gamme de produits éco-responsables sur son site, pour encourager une consommation plus responsable et respectueuse de la planète. Venant d’une plateforme poussant à la surconsommation et étant accusée de multiples violations des droits humains par ses travailleurs, l’annonce manque quelque peu de crédibilité.

Les certifications ne font pas tout

Vogue Business a en effet annoncé qu’à l’occasion du Earth Day, l’entreprise souhaite élargir son programme responsable nommé Climate Pledge Friendly. Lancée en septembre, cette initiative vise à proposer des alternatives éco-responsables à des produits de tous types sur la plateforme (mode, ménager, électronique…). L’argument d’Amazon est que ces alternatives sont des produits certifiés. On retrouve notamment les labels Faitrade, Global Recycled Standart, GOTS… Certaines certifications sont en effet des garanties fiables (retrouvez ici notre liste !), mais cela ne fait pas tout. Céline Semaan, PDG de Slow Factory Foundation, indique à ce propos que “les certifications sont rarement holistiques. Elles ne calculent les dommages causés et réduits par un ou deux éléments, en ignorant souvent complètement le reste des ressources.” Mais peu importe la quantité de produits éthiques proposés par Amazon, cela ne compense pas l’impact de la plateforme sur le plan social et environnemental.

Parler durabilité avec une éthique inexistante, un bel exploit

Pour commencer, sans parler d’écologie, Amazon est probablement l’une des dernières entreprises à pouvoir prétendre à une quelconque décence. Ne serait-ce que l’année dernière, l’inspection du travail française a rappelé l’entreprise à l’ordre en estimant qu’elle mettait ses salariés en danger face au COVID19. A l’international, les travailleurs dénoncent des conditions de travail précaires et des salaires trop bas, tandis que l’ancien CEO et fondateur Jeff Bezos a vu sa fortune augmenter de 65% entre septembre et mars 2020. En 2018, un journaliste britannique infiltré dans l’entreprise a également exposé dans un livre que certains employés urinaient dans des bouteilles par manque de temps tant leurs quotas étaient inatteignables. Lancer une vaste opération de communication pour prétendre impacter le monde positivement ressemble donc au mieux à un poisson d’avril très en retard, au pire à l’un des coups marketing les plus malhonnêtes de 2021.

Un storytelling trompeur

Amazon se prétend donc investi dans une consommation responsable, tout en mettant le bien-être humain de côté et en incitant aux achats impulsifs via un système de livraisons rapide mais très polluant. La sur-consommation est l’un des problèmes majeurs de la mode et de nombreuses autres industries, mais l’entreprise ne semble pas s’y intéresser. Cyrus Wadia, chef des produits responsables chez Amazon, tient en effet le discours suivant : «Nous sommes un détaillant à grande échelle et nous allons continuer à croître. Mon travail est donc de savoir comment utiliser réellement ce système pour susciter un changement positif? », ignorant donc le fait que la taille d’Amazon est précisément ce qui en fait une entreprise nocive. Le système d’incitation à la consommation sur lequel elle repose est son aspect le plus destructeur, certainement pas un atout pour changer le monde.

Ainsi, l’entreprise propose des alternatives qui ne sont pas nécessairement durables, néglige le bien-être de ses employés et prétend questionner un système qui est en fait la base de son organisation. C’est peut-être cela qui est le plus frappant dans cette opération de greenwashing : Amazon propose un storytelling où son entreprise “s’engage pour le climat” , et place la responsabilité sur les consommateurs. En indiquant des alternatives durables sans retirer les produits nocifs (donc en incitant toujours à les consommer) et en ne questionnant pas son mode de fonctionnement, l’entreprise responsabilise les individus et s’évite toute remise en cause. Pratique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

cinq × 3 =