Paiement en 3 fois sans frais | Livraison gratuite dès 120€ d’achat et retours offerts pour la France, Belgique et Luxembourg

Instagram a-t-il un problème avec la mode engagée ?
2022-01-17

Instagram a-t-il un problème avec la mode engagée ?

Au début de la semaine, le compte de Fashion Revolution, l’une des associations majeures de la mode durable, a été bloqué sans motif par Instagram. C’est le dernier incident d’une série de décisions arbitraires prises par la plateforme, qui laissent entendre qu’Instagram n’aime pas les contenus sur la mode engagée, ou les contenus engagés en général…

Blocages arbitraires des associations

Lorsque que les comptes nationaux de Fashion Revolution ont annoncé la suspension de leur plateforme principale, stupeur et exaspération ont été partagées par les internautes qui se sont empressé·e·s d’interpeller la plateforme. La situation est vite rétablie et l’association récupère son compte. Mais sur quelles bases ce blocage a-t-il été décidé ? Impossible d’obtenir une information pour Fashion Revolution, qui se réjouit déjà de ne pas avoir perdu sa plateforme certifiée qui réunit près de 3000 posts éducatifs et 530 000 abonné·e·s.

Ce n’est pas la première fois qu’un organisme militant pour une mode plus juste se retrouve dans le viseur de la plateforme et de son propriétaire Meta (anciennement Facebook). Slow Factory, une association dédiée à la mode durable et décoloniale, a vu ses posts supprimés et son compte bloqué à de multiples reprises. L’association dénonce une modération raciste qui rejette la politisation des enjeux autour de la mode, et encourage sa communauté à suivre ses autres plateformes sur le web pour éviter la censure des réseaux sociaux.

Un épuisement général des activistes

Au-delà des blocages et des suppressions de posts liés à la justice sociale (qui dérangent visiblement certains), les créateur·ices de contenus engagés sont de plus en plus nombreu·x·ses à exprimer leur désarroi face au nouvel algorithme de la plateforme. Leurs posts sont souvent masqués à de nombreux abonnés, et les comptes se retrouvent à devoir produire les contenus les plus consensuels et réguliers possibles pour ne pas perdre leur visibilité, au risque de faire passer la nuance et la spontanéité à la trappe. Tout ceci est bien sûr pour pousser les marques et les activistes à sponsoriser un maximum leurs contenus et donner ainsi plus d’argent à Instagram. Ce fonctionnement, toxique pour tous les internautes et nos capacités de réflexions, est dénoncé dans le post très juste de Make My Clothes Great Again à lire ci-dessous.

Comme on pourrait s’en douter, la mode responsable n’est pas la seule lutte touchée par ces méthodes de censure. Les activistes anti-racistes et féministes dénoncent depuis quelques années un fonctionnement qui s’attaque aux comptes engagés. L’année dernière, 14 comptes féministes ont saisi la Défenseuse de Droits pour assigner Instagram et Facebook en justice. Ces activistes ont pris cette décision suite à des censures multiples de leurs posts sur les violences sexuelles, tandis que la plateforme ne les aidait absolument pas à gérer les nombreux messages et commentaires de haine qu’elles recevaient sur leurs comptes. Une situations de deux poids deux mesures démontrant que la plateforme a clairement défini ses priorités, et que la justice sociale n’est pas au programme.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

10 + quinze =