Paiement en 3 fois sans frais | Livraison gratuite dès 120€ d’achat et retours offerts pour la France, Belgique et Luxembourg

Quelles sont les alternatives éco-responsables aux maillots de bain ?

Quelles sont les alternatives éco-responsables aux maillots de bain ?

Les matériaux utilisés pour les maillots de bain sont polluants. Souvent dérivés du pétrole, ils répandent des microparticules de plastique dans l’eau, très dangereuses pour la biodiversité et même pour l’humain. Si les maillots éthiques à base de matériaux recyclés semblent être une bonne alternative, sont-ils vraiment la solution miracle ?

 

Une pollution de la création à la machine à laver

Pour fabriquer un maillot de bain, il existe plusieurs types de matériaux. Parmi les plus connus : le nylon, l’élasthanne (aussi appelé Lycra, Spandex ou Fibre k) et le polyester. L’avantage de ces tissus, c’est leur élasticité et la limite de frottement avec la peau dans l’eau. Le problème, c’est que ces matières sont des matières synthétiques dérivées du pétrole. Leur production en usine est très polluante et peut libérer des substances dangereuses comme le dioxyde de titane, le cobalt ou le bromure à travers l’eau utilisée.

Pour donner quelques chiffres : 70 millions de barils de pétrole par an sont nécessaires pour produire du polyester en 2015. Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Plymouth, une machine de vêtements en élasthanne relâcherait près de 500.000 microfibres de plastique dans les océans. Ces particules, confondues avec de la nourriture par une grande partie de la faune marine, est ingérée et peut entraîner la mort des poissons et anémones.

 

Des créateurs engagés qui proposent des alternatives  

La prise de conscience de l’impact des microparticules sur la biodiversité n’a pas eu beaucoup de retentissement. Thalie Moliner a monté la marque Calanque Swimwear il y a moins d’un an et en arrive à ce constat : « Les gens ne savent pas comment les maillots de bain polluent. Mais un maillot n’est pas plus ou moins polluant qu’un autre textile ». Tous les vêtements à base de textiles synthétiques ont le même impact sur l’environnement.

Thalie Moliner au pop-up store Dada Market ce week-end avec sa marque Calanque Swimwear

La solution qu’a trouvé Thalie pour que sa production de maillots de bain éco-responsables pollue le moins possible, c’est le polyester recyclé. Mais attention, le recyclé ne résout pas le problème des microfibres de plastique. « Le textile synthétique posera toujours problème, explique Thalie, Pour l’instant il n’y a pas encore de solution parfaite pour les maillots de bain éthiques, celle que j’ai choisie est la plus écologique et la plus durable selon moi car elle pollue moins. Mais il y aura toujours des microplastiques et bien sûr, on peut toujours s’améliorer. »

Des initiatives qui donnent espoir

En attendant, Calanque Swimwear et bien d’autres marques participent à la récupération du plastique de plus grande taille dans l’eau. En partenariat avec l’organisation Seaqual Initiative qui récolte des déchets plastiques (bouteilles, filets de pêche, …) dans la mer et sur les plages de la Méditerranée, les maillots de bain éthiques de la marque Provençale sont créés entièrement à partir de ces déchets. Cette initiative est déjà très bénéfique pour l’environnement puisqu’elle permet de dépolluer, de récolter des centaines de tonnes de plastiques et de promouvoir la réutilisation de déchets. Tout comme Sumadra, marque maillots de bain éco-responsables pour femmes, qui utilise uniquement des matériaux recyclés tels que des filets de pêches abandonnés en mer, ou encore des bouteilles plastiques et autres déchets sauvés des océans et des déchetteries.

8 à 12 millions de tonnes de plastique finissent dans les océans chaque année selon Wings of the Ocean

Les créateurs n’ont pas encore toutes les clés pour produire sans polluer. Comme pour le reste des vêtements, des techniques sont mises en place pour être le plus éthique possible. Produire en petites quantités, en circuit-court et en essayant de trouver les matériaux les moins polluants sont les engagements de nombreux créateurs qui tentent à leur échelle de polluer le moins possible. Des initiatives comme les sacs de lavage voient également le jour pour limiter au maximum le rejet de microparticules dans l’eau.

 

Image mise en avant par Pascal Pochard-Casabianca, source AFP.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

1 × 3 =