Paiement en 3 fois sans frais | Livraison gratuite dès 120€ d’achat et retours offerts pour la France, Belgique et Luxembourg

Metaverse, NFT : quand la mode se lance dans les nouvelles technologies polluantes [Partie 1]

Metaverse, NFT : quand la mode se lance dans les nouvelles technologies polluantes [Partie 1]

Paco Rabane, Gucci, Valentino ou Louis Vuitton… L’émergence de nouvelles technologies a émerveillé le monde de la mode ces derniers mois. L’annonce du metaverse par Marc Zuckerberg et la commercialisation de NTF a offert un nouveau champ d’action aux marques, toujours en recherche d’innovations. Mais cette fois, la nouvelle lubie de la mode pourrait bien mettre en péril la planète.

L’engouement de tous pour les NFTs est compréhensible. La dématérialisation plaît et a de nombreux avantages. Mais avant tout, qu’est-ce qu’un NTF ? Un Non-Fungible Token est un objet unique, acheté en crypto-monnaies, non interchangeable et la plupart du temps sans enveloppe matérielle. On peut par exemple retrouver une photo, un dessin ou une vidéo en NTF. L’avantage de cette technologie, c’est la sécurité. Les NFTs utilisent le même système que les cryptos : le blockchain, une base de données décentralisée. Jugé « transparent et infalsifiable », le système de blockchain permet de protéger un NFT et de l’authentifier. Chaque interaction avec le NFT est chiffrée et stockée dans un maillon du réseau. Avec les Non-Fungible tokens, tout est une question de signature. Tout le monde peut, à l’heure actuelle, reprendre un NFT. Seul le détenteur officiel possède la signature, symbole d’authenticité.

La marque Balmain a lancé une collaboration avec Barbie en créant 3 avatars en NFTs. 

 

NFTs, donner encore plus de valeur à la mode

Nombreuses sont les marques de luxe à s’être lancées dans les NFTs. Emblème de la modernité, il n’y a pas de meilleur moyen pour rajeunir son image auprès des consommateurs. Vu comme un mariage à la fois extraordinaire et nécessaire, la mode et les NFTs ont beaucoup de bon à offrir. Cette innovation permet de nouvelles créations artistiques, mais pas que. La marque Paco Rabanne a décidé de recréer en NFT 12 robes « importables » datant de 1966. Une façon de remettre au goût du jour et sous une nouvelle forme les pièces anciennes. La marque de montre Breitling propose des passeports numériques qui certifient la montre et Louis Vuitton a développé un jeu vidéo, Louis The Game dans lequel des NFTs sont cachés.

 

L’art de la destruction climatique

Les Non-Fungible Tokens offrent un nouveau champ d’action à la mode de luxe… et une nouvelle manière de polluer aussi. La mode est déjà dans le top cinq des industries les plus polluantes. Les NFTs sont de plus en plus pointées du doigt pour leur consommation excessive d’électricité. Le système de blockchain et le stockage de ces données nécessitent des ordinateurs très puissants et gourmands en énergie. En 2021, la moyenne de consommation des crypto-monnaies et des NFTs est estimée entre 80 et 130 TWh (térawatt par heure, 1 térawatt représente 1 000 milliards de watts), ce qui représente plus que la consommation annuelle de certains pays comme la Norvège ou l’Irlande. Elle provoque également la production de grosses quantités de CO2. Un véritable cataclysme pour la planète, puisque la grande majorité de l’énergie utilisée provient de centrales à charbon.

 

Une neutralité carbone peu réaliste

Pour pallier cette pollution massive, des initiatives voient le jour. Comme la marketplace de crypto-monnaies et de NFT Polygon, qui a pour ambition de balancer sa consommation d’énergie en finançant des projets écologiques et en aidant financièrement des ONGs. La plateforme est d’ailleurs totalement transparente sur sa dépense d’énergie. Un autre projet, celui du « Crypto Climate Accord » est aussi en cours. Porté par l’Energy Web Foundation, l’objectif de cet accord est de faire en sorte que la majorité des systèmes de blockchains soient alimentées par des énergies renouvelables d’ici à 2030. Déjà 250 compagnies et particuliers ont adhéré au programme.

L’entreprise Polygon, spécialisée dans la crypto-monnaie et les NFTs, a émis plus de 90.000 tonnes de CO2 en 2021.Polygon

Pour l’instant, aucune de ces solutions ne permet une neutralité carbone pour le domaine des NFTs et les marques de luxe ne semblent pas se soucier de ce problème. Même si la viabilité des Non-Fungible Tokens n’est pas encore confirmée, ce système, même sur le court terme peut être dévastateur.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

deux × 1 =