Profitez des retours offerts et de la livraison gratuite en France, Belgique et Luxembourg dès 120€ d’achat.

Pourquoi le retour du jean taille basse pose problème ?
2021-04-19

Pourquoi le retour du jean taille basse pose problème ?

Le jean taille basse, le classique des années 2000, l’incontournable des stars et des « fashion victim », bref un indispensable dans la garde robe des filles… fines. Et c’est bien là le problème.

Apparu en 1990 sur un défilé d’Alexander McQueen, le « bumster », pantalon avec une taille extrêmement basse où l’on voit la raie des fesses, a choqué tout le monde. Pourtant, rapidement, en 1993, le style est adopté par les plus grandes marques comme Calvin Klein par exemple. Seulement cette fois-ci, le tissu entre l’entrejambe et la ceinture est un peu plus conséquent, on ne voit plus le début des fesses. D’ailleurs, les plus grandes stars commencent à le porter. Kate Moss en première, que ce soit lors des défilés ou dans la vie de tous les jours, la star adopte rapidement ce look.

C’est alors que dans les Noughties (les années 2000-2010), Paris Hilton, Britney Spears, Christina Aguilera ou encore Keira Knightley reprennent ce style, qui tapera dans l’oeil de toutes les adolescentes de cette époque. Le jean taille basse se fera alors une place plus qu’importante dans le coeur des dressing. D’ailleurs, pendant une période dans les années 2000, avec l’ampleur du phénomène « taille basse », certaines marques n’hésiteront pas à ne vendre plus que ce modèle.

Si l’on pensait dans les années 2000 que pour qu’une femme soit jugée belle, il fallait à tout prix avoir une taille et un poids de mannequin, comment dire que c’était plus qu’un idéal créé par les créateurs et « dirigeants » de la mode et que c’est loin, mais loin, d’être la réalité.

Qu’est-ce qui motive les stars, à cette époque, à porter le jean taille basse ? Tout simplement le fait qu’elles ont quasiment toutes un ventre très plat et qu’elles savent qu’elles ne seront pas critiquées car elles rentrent directement dans les critères sociétaux de beauté. On se doute que si ça avait été l’inverse, si elles avaient eu une toute autre morphologie, elles auraient été plus enclines au feu des critiques.

Des critiques banalisées

Prenons un exemple tout simple. En 2012, Jamie Hifliger (oui, la nièce de Tommy Hilfiger lui-même), une Fashion Designer travaillant pour eHow style à l’époque, disait ouvertement que « Toutes les modes ne sont pas faites pour tous les types de morphologies ». Elle ajoute : « Le problème avec les jeans taille basse, c’est que (si nous ne sommes pas fines) le ventre ressemble à un muffin et c’est très peu attractif ». Des affirmations qui se discutent, principalement lorsque l’on est pour le mouvement Body Positive et que chaque corps devrait s’affirmer.

La finesse, partout sauf dans les propos

En plus de cela dans les années 2000/2010, les top modèles qui défilaient étaient jugées majoritairement trop fines et n’étaient absolument pas représentatives des femmes plus « normales ». Parce que oui, un mannequin mesure en moyenne 1m80 pour 53kg et ce sont seulement 5% des femmes dans le monde qui ont ces mensurations. Vous ne faites pas partie des 5% ? Ne vous inquiétez pas, moi non plus.

Comment dire que si on part de ce point de vue, 95% de la population mondiale des femmes n’auraient pas la bonne silhouette pour être modèle, ni pour porter des jeans taille basse d’ailleurs.

Xavier Pommereau, psychiatre et directeur du Pôle Adolescents du CHU de Bordeaux, disait notamment dans les colonnes de l’Express que « La minceur est un fantasme public ». Public, non, en tout cas beaucoup moins maintenant, mais elle reste majoritaire. Que ce soit lors des défilés de haute couture, sur les sites internets de la fast fashion ou encore dans les publicités, même si les marques essaient d’inclure plus de types de corps, les plus fins restent dominants.

Aujourd’hui, oui le jean taille basse pose problème, mais principalement aux yeux de ceux qui ne sont pas ouverts d’esprit. La mode des années 2000 peut sans problème revenir au goût du jour, mais on apprécie beaucoup moins la mentalité bloquée dans le temps des personnes qui la jugent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

20 − 2 =