Profitez des retours offerts et de la livraison gratuite en France, Belgique et Luxembourg dès 120€ d’achat.

Quelles sont les marques de Fast Fashion qui appartiennent au groupe Inditex ?
2021-10-08

Quelles sont les marques de Fast Fashion qui appartiennent au groupe Inditex ?

Dans un précédent article, on vous présentait le groupe H&M, véritable mastodonte de la fast-fashion, mais qui ne se situe finalement qu’à la deuxième place du podium, juste derrière Inditex. Une firme qui ne vous dit peut-être rien, mais qui répondait à l’origine au doux nom de « Zara ». 

Petite histoire.

Il est fou d’imaginer qu’une petite échoppe de famille ne payant pas de mine puisse un jour devenir le Zara qu’on connait aujourd’hui. Et pourtant c’est bien dans leur maison d’un village Espagnol, dans les années 1960, qu’Amancio Ortega et sa femme Rosalia Mera commencent à fabriquer et vendre leurs premières collections.

En 1975, ouvrira le premier véritable magasin, sous le nom Zara. Ils y proposent une mode à petit prix qui ne tardera pas à prendre de l’ampleur. L’effervescence est telle que le couple ouvre dès l’année suivante des usines plus grandes ainsi que de nouveaux points de vente à travers l’Espagne. Le secret de cette réussite fulgurante est simple: proposer des produits similaires à ceux des marques haut de gamme mais à prix cassé. Pour ce faire, ils misent sur des matériaux et une main d’oeuvre moins chers, préférant la quantité à la qualité. 

Crédits: Inditex Group.

Un rythme effréné, et ça marche.

Le premier ingrédient de la recette parfaite est trouvé, et ça, Ortega l’a bien compris. Il aurait été trop bête de se reposer sur une seule réussite. La marque mise alors sur un nouveau principe simple pour épicer plus encore un succès déjà bien parti: Une réactivité à la demande ultra rapide. 

Leur modèle repose sur une anticipation des nouvelles tendances grâce à une veille concurrentielle quasi instantanée, suivie d’une vitesse de production exceptionnelle. Chez Zara, le processus de conception des produits s’effectue en moins de deux mois quand une entreprise traditionnelle sort une collection deux fois par an. Cette mode instantanée permet à la marque de renouveler ses vitrines toutes les deux semaines, de répondre à la demande avant même qu’elle ne soit désirée. En changeant ses stocks quotidiennement, l’objectif est simple: offrir au client ce dont il a besoin (ou non), mais surtout l’encourager à acheter souvent et rapidement. 

C’est ce rythme effréné qui deviendra la marque de fabrique et la clef du succès de Zara. Le phénomène prend une ampleur considérable. En 10 ans, plus de 80 boutiques sont ouvertes à travers l’Espagne. Mais la société voit plus grand et après un accroissement de son nombre d’usines, Zara devient le groupe Inditex (ndlr: Industria de Diseño Textil), et cherche désormais à s’implanter sur le marché international.

En 1987, au Portugal, puis aux États-Unis l’année suivante, l’effervescence de la fast fashion propulseront l’entreprise et sa marque phare, Zara, dans les plus grandes villes du monde. S’implanter sur ce nouveau marché de la mode rapide est une chose, mais c’est sur la réponse immédiate au désir de son client que l’entreprise mise depuis sa création. La priorité est désormais de toucher un public plus large. Conquérir le plus d’acheteurs et surtout des nouveaux.   

Crédits: thecorner.eu

Les marques-soeurs.

Le changement de dénomination pour Inditex était-il un moyen de se détacher de Zara dans l’optique d’une expansion plus large encore ? Une chose est sure, la création de la marque Pull & Bear en 1991 signe bel et bien cette entrée dans la course à l’exportation. 

La nouvelle marque aux sonorités anglo-saxones offre à Inditex la possibilité de s’étendre au delà de son public espagnol charmé par Zara. Pull & Bear vise un public plus jeune, en proposant des collections plus originales pour hommes comme pour femmes et surtout encore moins chères. Une part du public ne se sent pas assez concernée par la marque mère ? Inditex donne naissance à la petite soeur pour combler cette attente. Ce fonctionnement vous dit quelque chose ? En effet, c’est ce même principe qui sera employé par le groupe H&M dans le lancement de ses quelques 6 labels affiliés.  

Et ça marche. Le groupe accélère son implantation à l’international durant toutes les années 90 notamment grâce à cette multiplication des enseignes qui élargit sa clientèle. Entre 1991 et 1995, Inditex rachète les parts de Massimo Dutti, ciblant un public plus mature et sophistiqué. En 1998, il lance Bershka, inspiré du street-wear, qui s’adresse principalement aux adolescents. Puis Oysho, qui permet au groupe de s’implanter sur le marché de la lingerie. Enfin, il rachète Stradivarius, une jeune chaîne déjà présente en Espagne, qui propose des collections exclusivement féminines.

Crédits: Business Of Fashion.

En une dizaine d’années seulement, la société devient un acteur majeur de la fast-fashion mondiale. Au début des années 2000 on ne compte pas moins de 2500 boutiques à travers 25 pays. Aujourd’hui on estime ce nombre à 7000. La capacité du groupe à proposer dans chaque firme un renouvellement des collections presque hebdomadaire, leur permet de toucher une clientèle considérable. Des nouveaux-nés, aux quinquagénaires, des adolescentes, aux femmes actives le groupe propose une garde-robe complète pour toutes les catégories sociales, sans exception. Depuis quelques saisons, il est même possible d’habiller son animal de compagnie grâce à une collection capsule chez Zara, ou de décorer son intérieur chez Zara Home. 

Cette omniprésence offre aujourd’hui au groupe Inditex la place de numéro un mondial sur l’habillement rapide. Une place d’exception, certes, mais qui s’accompagne de son lot (tout aussi considérable) de controverses. Ne nous voilons pas la face, une conception textile au rythme aussi effréné engendre forcément des conséquences écologiques et sociales dommageables. Pour en savoir un peu plus à ce sujet, on ne peut que vous inviter à consulter notre enquête à ce propos. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

3 × cinq =