Profitez des retours offerts et de la livraison gratuite en France, Belgique et Luxembourg dès 120€ d’achat.

Une histoire d’Upcycling
2021-09-23

Une histoire d’Upcycling

L’intérêt grandissant de notre planète pour la cause écologique pousse inexorablement les individus à revoir leurs mode de consommation actuel. Acheter moins, acheter mieux, réparer plutôt que jeter, de nombreuses habitudes à adopter malgré une société de la surconsommation bien encrée. 

Aujourd’hui on laisse tomber le principe d’obsolescence programmée et on remonte ses manches pour s’intéresser à l’Upcycling ! 

Concrètement l’upcycling, c’est quoi ? 

L’upcycling, qu’on pourrait traduire par « surcyclage », signifie littéralement « recycler par le haut ». Ce terme est un dérivé du verbe « To Upcycle » qui signifie lui même « réutiliser ». Upcycler, c’est transformer un objet dont on n’a plus l’usage, en un nouveau produit de qualité ou d’utilité supérieure, afin de lui offrir une nouvelle vie. 

À la différence du recyclage, qui consiste à récupérer la matière d’un produit pour ensuite créer une nouvelle matière première, l’idée ici est de transformer un objet destiné à être jeté, à le re-valoriser, sans passer par la case décharge. L’objectif est de lui ajouter une certaine plus-value afin de prolonger son existence, d’exploiter le déchet de manière vertueuse. L’upcycling va plus loin que la simple destruction-reconstruction. En effet en réutilisant un produit déjà existant, on évite la création d’un produit neuf, on s’intègre alors dans une production entièrement circulaire. 

Upcycling is the new recycling !  

Crédits: Resap Paris

Historiquement on doit la dénomination du mouvement de l’upcycling ainsi que sa mise en lumière à un certain Reiner Pilz. Ancien ingénieur reconverti architecte d’intérieur, il évoque ce principe de revalorisation des déchets pour la première fois en 1994, lors d’une interview pour le magazine Salvo. Pour lui, les produits inutilisés devraient gagner de la valeur plutôt que d’en perdre, et le système de recyclage traditionnel est à revoir:

« J’appelle cela le « Downcycling ». On fracasse des briques, on fracasse tout. Ce dont nous avons besoin c’est l’« Upcycling » pour ajouter de la valeur à des produits usagers, pas leur en donner moins ».

Une brèche semble s’être ouverte ! En quelques années de nombreux designers s’emparent du phénomène. En 2002 William McDonough et Michael Braungart, respectivement architecte et chimiste, partagent ce concept à l’international dans leur livre « Cradle To Cradle » (du berceau au berceau). Les deux auteurs y encouragent les industries à s’inspirer de la nature, à voir les déchets comme des nutriments à la production d’un nouvel objet. Pour eux, le futur doit s’appuyer sur cette circularité, chercher toutes les alternatives pour éviter la génération de déchets: réparer, revaloriser, régénérer le produit plutôt que le détruire. 

Crédits: salvoweb.com

L’upcycling, un concept déjà upcyclé ? 

L’upcycling, qui ne portait pas son nom, faisait déjà partie du quotidien bien avant les années 90. Cette pratique de réhabilitation de l’existant était souvent la solution idéale pour les populations modestes ou durant les périodes de crise.

Prenons les années 40. En temps de guerre, une grande partie des productions textiles sont réquisitionnées dans la conception d’uniformes militaires. Les garde-robes civiles doivent s’adapter et les modes sont désormais dictées par les rationnements! Malgré tout, les jeunes femmes ne perdent pas leur gout pour la mode et l’élégance… Et les silhouettes austères des manteaux de fortune seront rapidement égayées par quelques astuces dignes des meilleurs upcyclings. 

En 1943, le gouvernement britannique lancera même une campagne appelée « Make Do and Mend ! » (faire durer et raccommoder), invitant le public à se montrer débrouillard et manuel pour pouvoir conserver leurs vêtements le plus longtemps possible. 

Les revues de mode se mettent même à partager des conseils pour transformer ses vieux vêtements, remettre ses fripes au goût du jour. Des patrons et astuces sont partagés dans la presse, pour faire du neuf avec du vieux, redonner un coup de fouet à ses guenilles. Prendre les poignets d’une chemise pour remplacer ceux d’une autre, découper le haut d’une robe pour l’associer à une jupe… La mode s’adapte, la mode perdure ! Certaines tendances sont même apparues grâce aux bonnes idées des ménagères dans la réparation de leurs garde-robes… Comme le patchwork bariolé, composé de vieux textiles issus de rideaux, anciennes robes et draps tachés. Ou encore les patchs et écussons pour camoufler l’usure des coudes et des genoux qui deviennent des accessoires de mode à part entière.

Crédits: Make Do and Mend ! René Gruau – 1943

Aujourd’hui l’upcycling s’impose à nous comme une véritable tendance, dont l’ascension ne semble pas prête à s’arrêter. 

Avec une production mondiale de déchets textiles monumentale, il n’est plus possible aujourd’hui de voir les vêtements comme jetables. Alors quand on le peut, on recycle, mais si on peut Upcycler c’est encore mieux. Car offrir une nouvelle vie à un vêtement sans le faire passer par la case décharge et transformation chimique semble être la solution idéale.

Avec un peu d’imagination, un brin de matériel et des tuto qui fleurissent jours après jours sur YouTube, on vous l’assure, surcycler vos fringues n’est pas si compliqué ! Allez, comme on est trop sympa (et qu’on a vraiment envie de vous faire sauter le pas), on vous propose une petite sélection d’influenceuses pour vous aider dans votre lancée. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

4 × cinq =