Profitez des retours offerts et de la livraison gratuite en France, Belgique et Luxembourg dès 120€ d’achat.

Le retour de la mode 2000 pose-t-elle un problème éthique ?
2021-09-15

Le retour de la mode 2000 pose-t-elle un problème éthique ?

Un jean taille basse tombant nonchalamment sur une paire de sandales compensées, JLo et Ben Affleck de nouveau ensemble, Juicy Couture qui remonte en bourse, non vous ne rêvez pas, les années 2000 sont bel et bien de retour. 

Crédit: Mean Girls (2004) 

Avant de retomber tête la première dans un capharnaüm de couleurs criardes, de mix’n’match de denim et autre logo à strass, replongeons-nous brièvement dans les années 2000. En vrac on y trouve : la démocratisation fulgurante du téléphone portable, les sonneries rigolotes qu’on y télécharge et les gri-gris qu’on accroche à son clapet. C’est aussi l’avènement des nouveaux réseaux, des premiers blogs, de la télé-réalité. Et surtout une décennie en or pour les magazines féminins, qui dictent et partagent les dernières tendances à suivre… 

La mode des années 2000 (ndlr: aujourd’hui également surnommée « mode Y2K ») est, tout simplement, à l’opposé de la mode minimaliste. Elle est exubérante, expressive, c’est une surabondance de couleurs et de matières, d’associations insolites (que l’inventeur de la jupe-sur-le-jean se dénonce). La tendance est au rose bonbon, au bleu électrique, au jaune néon. On adopte les imprimés sur des imprimés, le jean sur du jean, l’asymétrie, les dentelles cheap et le mesh. C’est un mélange explosif, où les micro tee-shirts moulants rencontrent les strings, où les logos Playboy et Louis Vuitton cohabitent.

On ne va pas le cacher les années 2000, c’est aussi la décennie d’une mode-poubelle. L’avènement d’une fast-fashion qui crée des mouvements de foules démesurés à l’ouverture de la moindre boutique Primark. À l’époque, média comme marques s’emploient à convaincre le grand public que cette mode consommable et jetable est, d’un point de vue esthétique et financier, une alternative idéale.

Crédits: Girls ! Janvier 2006, éditions Bauer.

Le retour des années 2000 nous replonge dans des souvenirs qu’on a édulcorés. Les adeptes d’aujourd’hui ont entre 15 et 25 ans. Adopter la mode des années 2000 c’est se laisser bercer par l’insouciance du « c’était mieux avant », c’est prendre part à des modes qu’on observait de loin, quand on n’avait ni l’âge, ni le budget de s’offrir ce tee-shirt moulant dont on rêvait. La nostalgie est souvent associée à des émotions positives, voire réconfortantes, un moyen de se rassurer en ces temps incertains.

Tiktok: @maracalli @samanthamoweryxx @maddogmoneyy

Faisons confiance à cette génération Z, à la conscience écologique exacerbée, pour ne garder que  le meilleur de ces années : le fun, l’excentricité, la liberté, le mauvais goût, pourquoi pas. Entre souci d‘économie, considérations écologiques et rejet de l’industrie consumériste, les jeunes férus de mode dénichent désormais les reliques portées par leurs mères sous les néons d’un Emmaüs ou dans les rayons surchargés des friperies.

Alors avec un peu d’imagination et de créativité on se recrée les meilleurs looks des Teen Choice Awards et de la Star Acadamy en un tour de main. On superpose le court sur le long, on associe couleurs et motifs sans complexe, on porte l’été en hiver, l’hiver en été, le t-shirt de sa petite soeur, la chemise cropée de son père, on y colle des strass, on gribouille au feutre, on coupe, on lacère… années 2000 = zéro limite.

Car oui, la mode des années 2000 c’était moche, c’était de la fashion-poubelle, mais c’est surtout une mode faite de bric et de broc, qu’on peut recréer avec un tube de colle, une paire de ciseaux et une armoire qui déborde. 

Crédit: @rosabonheur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

cinq × trois =