Paiement en 3 fois sans frais | Livraison gratuite dès 120€ d’achat et retours offerts pour la France, Belgique et Luxembourg

#ZaraVsShein, la nouvelle trend qui met en avant l’ultra fast fashion et les méthodes de la marque chinoise.
2022-05-04

#ZaraVsShein, la nouvelle trend qui met en avant l’ultra fast fashion et les méthodes de la marque chinoise.

Après le #zaradupe et les « méga haul », une nouvelle tendance émerge sur les réseaux sociaux autour de la marque Shein. Le #ZaravsShein oppose deux tenues similaires ou identiques des marques Zara et Shein. L’objectif est de mettre en concurrence la qualité et la différence de prix entre les deux marques. 

Fast fashion contre ultra fast fashion. Voilà comment décrire la nouvelle trend apparue sur l’application Tiktok ces derniers mois. Sous ce hashtag, qui cumule plus de 35 millions de vues, les internautes publient des vidéos dans lesquelles ils essaient des vêtements ou des tenues qui se ressemblent presque en tout point. Parfois, la qualité des produits est comparée, d’autres fois, c’est aux internautes de deviner quelle robe est de la marque Zara et laquelle vient de Shein. Ce qui revient à chaque fois ? Le prix est quasiment deux fois moins élevé pour Shein. Un compte Instagram, @zara.vs.shein, cumule déjà plus de 40 000 abonnés.

@zara.vs.shein via Instagram

 

Du contenu qui plaît sur un vol de produit

« Beaucoup de gens ne savent pas que les produits Zara peuvent être retrouvés sur Shein, moins cher. » Lucinia Tomas, étudiante en marketing digital à Toronto, a fait ce challenge pour la première fois en septembre 2021. Depuis, elle a publié une trentaine de vidéos dans lesquelles elle essaie les vêtements des deux marques. Ses Tiktoks sont visionnés entre 10 000 et 270 000 fois et sont très appréciés par sa communauté. « Mon but, c’est de montrer aux femmes qu’elles peuvent être stylées sans dépenser beaucoup d’argent et je reçois beaucoup de messages de personnes qui veulent savoir comment je fais pour trouver ces vêtements.

« Zara Vs Shein part.29 » par @luciniastyle via Instagram

 

La similitude entre les produits des deux marques de fast fashion n’est pas qu’une simple coïncidence. Shein a déjà été accusé à plusieurs reprises de plagiat, que ce soit de la part de grosses marques, de petits créateurs, ou d’internautes. Il y a quelques mois, le #sheinstolemydesign (Shein a volé mon design) avait permis à des petites marques et des small business de révéler que la marque chinoise avait repris leurs créations. La marque Levi Strauss avait aussi entamé des poursuites en 2018 pour plagiat, l’affaire s’est finalement réglée par un accord.

« Le site de e-commerce chinois Shein en proie à des litiges concernant les marques commerciales » par Financial Times

 

Copier pour aller plus vite

Les raisons des ressemblances entre les produits de plusieurs marques et ceux de Shein sont simples. Le géant de la mode est une marque d’ultra fast fashion, le modèle économique et de production est le même que pour les marques de fast fashion : produire beaucoup et vendre pas cher, mais de manière encore plus poussée. Le site Shein est alimenté de 2 000 à 10 000 nouveaux produits par jour et propose un prix moyen de 7,5€ en juin 2021. Pour atteindre de tels taux, la marque s’inspire ou copie les autres créateurs pour aller toujours plus vite dans la création de produits.

Pour le moment, Zara n’a pas réagi aux multiples vols de designs de son concurrent. Dans une interview pour Ouest France, le Directeur Général de la société d’expertise Clothesource, Mike Flanagan, explique ce phénomène : « Au moment où Zara le repère et intente un procès, il faut compter deux ans. Mais ce design ne s’est peut-être vendu qu’à cinq exemplaires puis a disparu en quelques semaines. Prouver quelque chose deux ans plus tard est impossible ».

Un renfort de surconsommation et de popularité

Le fait que Shein reproduise les vêtements et accessoires d’autres marques a toutefois l’air de ravir sa clientèle. Toujours réactive aux nouvelles tendances, la marque a de quoi ravir n’importe qui grâce à son catalogue très fourni. C’est pour cette raison que de nombreux jeunes de 15 à 24 ans se tournent en priorité vers la marque chinoise et que les « try-on » et les « haul » de la marque fleurissent sur les réseaux sociaux. Même si cette génération est beaucoup plus éveillée sur les sujets environnementaux, sur la pollution liée à la fast fashion et sur les conditions de travail dans les manufactures, elle reste tout de même attirée par la diversité des produits et les prix très attractifs pour les petits budgets.

« Valorisation de Shein par rapport à la capitalisation boursière des principaux détaillants de mode », Bloomberg

 

Les challenges Tiktok entraînent et incitent aussi à la surconsommation. L’envie d’acheter le même produit en double pour faire une vidéo sur les réseaux sociaux n’est pas anodine. Dans le cas de Lucinia, elle a trouvé quoi faire des doublons. « C’est une question qu’on me pose beaucoup. Je suis Angolaise et dans mon pays les vêtements sont assez chers donc je les revends là-bas. » La jeune femme est tout de même consciente qu’elle participe à ce phénomène de sur-consommation et de l’impact écologique de ses achats. « On consomme trop de fast fashion, moi la première. Il y a beaucoup de gens qui n’aiment pas Shein, mais beaucoup de marques font de la fast fashion. Ce que fait Shein, Zara le fait aussi. » 

Aujourd’hui selon Bloomberg, la valorisation de Shein a dépassé celle du groupe Inditex (Zara, Bershka, Massimo Dutti, Stradivarius…) en atteignant le palier des 100 milliards de dollars. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

deux × 3 =